Les vacances se profilent ! Partez l'esprit léger, bénéficiez de 40% de remise sur vos abonnements. J'y vais
Plus que pour profiter de nos offres ensoleillées ! J'y vais

Le saviez-vous ?
Les créances résultant d’un contrat de travail ne sont pas affectées par le plan de restructuration

Le Lamy droit commercial
Le Lamy droit commercial
depuis 1997
Référence
787,80 € HT1313,00-40%
Essentielle
877,80 € HT1463,00-40%
price_per_month par mois
(Soit un paiement annuel payable en une fois de price)
Je m'abonne

Transcription de la directive du 20 juin 2019 sur les procédures de prévention et d’insolvabilité

Particulièrement attendue, l’ordonnance n° 2021-1193 du 15 septembre 2021, prise en application de la loi Pacte de 2019, transcrit dans notre code de commerce les prescriptions de la directive européenne sur les cadres de restructuration préventive et les procédures d’insolvabilité. Si certaines dispositions n’affectent pas le droit français en profondeur, d’autres modifient le code de façon plus conséquente, notamment par l’intégration de concepts anglo-saxons innovants.

Que retenir de l’ordonnance du 15 septembre 2021 ?

D’abord, en ce qui concerne l’évolution des procédures existantes, l’ordonnance de transposition rend plus attractif le recours à la conciliation par l’élargissement de la suspension des poursuites individuelles. Elle permet ainsi la suspension temporaire du droit d’un créancier d’exiger le paiement d’une créance, même garantie par une sûreté.
Par ailleurs, pour sécuriser les droits des créanciers, l’ordonnance sauvegarde les clauses contractuelles insérées lors de la conclusion d’un accord amiable.

Autre changement notable, la mise en place d’un régime unique par la fusion des procédures de sauvegarde accélérée et de sauvegarde financière accélérée.

En ce qui concerne la procédure de sauvegarde, on notera une période d’observation limitée à une durée de 12 mois et la consécration du privilège d’« argent frais » pour les nouveaux apports de trésorerie consentis en vue d’assurer la poursuite de l’activité pendant cette période. Par ailleurs, la liquidation judiciaire simplifiée voit ses conditions d’octroi élargies et le recours au rétablissement professionnel favorisé.

Ensuite, élément essentiel de l’ordonnance, le plan de restructuration formalise les intérêts collectifs des créanciers à l’égard du projet présenté par le débiteur : instauration des classes de « parties affectées » – en remplacement des comités de créanciers et de l’assemblée unique des obligataires – constituées dans certaines procédures, qui accueillent, outre les créanciers, les détenteurs de capital (associés ou actionnaires et porteurs de valeurs mobilières) ; établissement des règles de vote, de validation du plan et de protection des salariés ; définition de voies de recours …

À signaler également la synthèse des règles de classement des créances en liquidation judiciaire, ce qui permet de clarifier l’ordre des sûretés en cas de réalisation des actifs du débiteur.

Et, parmi des dispositions plus « éclatées », peuvent être citées :

  • les conditions de déclaration des sûretés, portant dorénavant sur l’assiette et non plus seulement sur leur nature ;
  • la cohérence des règles relatives aux garants personnes physiques en procédure de sauvegarde et de redressement judiciaire ;
  • la transmission au cessionnaire de la charge des sûretés garantissant le remboursement d’un crédit consenti à l’entreprise ;
  • Etc.

Important !

La réforme opérée par l’ordonnance s’applique aux procédures ouvertes à compter du 1er octobre 2021.
Les procédures ouvertes avant cette date continuent d’être régies par les textes antérieurs. Le Lamy droit commercial 2022 fait coexister les deux régimes, permettant ainsi une meilleure approche des changements intervenus.
L’ouvrage intègre également les modifications impactant les privilèges et sûretés dont sont bénéficiaires les créanciers des débiteurs défaillants.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.