Les vacances se profilent ! Partez l'esprit léger, bénéficiez de 40% de remise sur vos abonnements. J'y vais
Plus que pour profiter de nos offres ensoleillées ! J'y vais

Le saviez-vous ?
Le cautionnement a été profondément remanié par la nouvelle réforme du droit des sûretés

Le Lamy droit du financement
Le Lamy droit du financement
depuis 1997
Référence
787,80 € HT1313,00-40%
Essentielle
964,80 € HT1608,00-40%
price_per_month par mois
(Soit un paiement annuel payable en une fois de price)
Je m'abonne

Pourquoi une réforme du cautionnement ?

Le droit du cautionnement avait été le grand oublié de la réforme du droit des sûretés de 2006 qui n’avait concerné que les sûretés réelles. Or, avec un régime éparpillé dans plusieurs Codes et une jurisprudence aussi riche que mouvante, il était devenu plus que nécessaire de rendre le cautionnement plus lisible et de sécuriser sur le plan juridique un instrument largement utilisé en pratique ! C’est l’objectif poursuivi par l’ordonnance du 15 septembre 2021 portant réforme du droit des sûretés.

Que retenir de la réforme du cautionnement ?

D’abord, une unification et une simplification des règles relatives à la « fameuse » mention manuscrite devant être apposée par la caution personne physique.

Rappelons que cette mention était sujette à un formalisme plus que pointilleux, la caution se devant de recopier mot pour mot un modèle figurant dans le Code de la consommation. Ce formalisme était source d’un abondant contentieux, tout particulièrement lorsqu’il y avait discordance entre la mention recopiée par la caution et le modèle du Code de la consommation.

Parmi les changements notables, la fin de ce formalisme. Le nouvel article 2297 du code civil prévoit certes que la caution doive apposer elle-même sur l’acte de cautionnement une mention selon laquelle « elle s’engage en qualité de caution à payer au créancier ce que lui doit le débiteur en cas de défaillance de celui-ci, dans la limite d’un montant en principal et accessoires exprimé en toutes lettres et en chiffres ». Il n’est cependant plus exigé de respecter une quelconque formulation fixée par les textes.

Également, la mention n’est plus nécessairement manuscrite (le cautionnement peut être souscrit par voie électronique) et la durée du cautionnement n’y figure plus.

Enfin, ces nouvelles règles s’imposent pour tous les cautionnements souscrits par une personne physique, peu importe que le créancier soit professionnel ou non.

Ensuite, la modification de la sanction en cas de cautionnement disproportionné. La sanction jusqu’alors prévue qui consistait en l’impossibilité pour le créancier de se prévaloir du cautionnement disparaît au profit de la réduction du cautionnement au montant à hauteur duquel la caution pouvait s’engager.

Également, la création d’un texte sur le devoir de mise en garde de la caution. Ce devoir, qui a été consacré avant la réforme par la jurisprudence, vise maintenant uniquement à ce que la caution soit informée du caractère excessif du prêt consenti au débiteur principal au regard de sa situation financière ; il s’impose à tout créancier professionnel et concerne toutes les cautions personnes physiques, qu’elles soient des personnes averties ou non. En cas de non-respect, le créancier se verra déchu de son droit contre la caution à hauteur du préjudice subi par celle-ci.

Au titre des autres modifications apportées au droit du cautionnement, relevons aussi :

  • la possibilité pour la caution de se prévaloir de l’ensemble des exceptions tenant au contrat principal, à savoir toutes les exceptions, personnelles ou inhérentes à la dette, qui appartiennent au débiteur ;
  • la réunion dans le Code civil des obligations d’information de la caution qui pèsent sur le créancier et qui sont l’obligation d’information annuelle de la caution et l’obligation d’information de la caution sur la défaillance du débiteur principal. Ces deux obligations s’appliquent à tout cautionnement souscrit par une personne physique, même si elle agit à des fins professionnelles, à l’égard d’un créancier professionnel.

Attention !

Ces nouvelles dispositions seront applicables aux cautionnements consentis à compter du 1er janvier 2022.

Les cautionnements conclus avant le 1er janvier 2022 demeurent soumis aux anciennes règles, à l’exception des nouvelles dispositions relatives à l’obligation d’information annuelle de la caution et à l’obligation d’information en cas de défaillance du débiteur principal qui s’appliqueront à ces cautionnements à compter du 1er janvier 2022.

Retrouvez dès à présent toutes les modifications apportées au droit du cautionnement dans le Lamy droit du financement 2022.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.